Menu Fermer

C 30 – Lieutenant de vaisseau Jean-Marie Commenge

0,00 

Effacer
ISBN : ND Catégorie :

Le cahier

Jean-Marie Commenge (1918-1978) : un destin, des idéaux, de l’action. Il est né le 30 août 1918, à peine trois mois avant la fin des combats de la Grande Guerre. Il est mobilisé en 1939 et après avoir intégré l’Ecole des officiers de réserve de l’armée de l’Air à Bordeaux-Mérignac, sert comme aspirant, observateur sur bombardier Douglas DB-7, au Maroc. Démobilisé en octobre 1941, il est embauché comme ingénieur chimiste à Casablanca jusqu’en décembre 1942. Il rallie en avion le terrain de Gibraltar le 25 janvier 1943 et s’engage le même jour dans les FAFL en Angleterre. Versé dans les FNFL en juin 1943, il est envoyé aux Etats-Unis pour suivre le cours de pilote de l’US Navy, à l’issue duquel, il doit être affecté à la flottille 6FE. Mais celle-ci quitte les Etats-Unis pour le Maroc en février 1944, avant que l’EV2 JM Commenge soit breveté pilote (FNFL n° 69) en août 1944. C’est donc à la 8FE, seconde flottille de Catalina, alors en entraînement en Virginie, qu’il est affecté, d’août 1944 à mars 1945. Il effectue la traversée transatlantique en octobre 1944 vers Agadir, puis Port-Lyautey d’où il effectue les patrouilles contre les sous-marins allemands à l’ouest de Gibraltar.

Il obtient enfin sa mutation à la 6FE, parmi ses frères d’armes des FNFL, où il sert de mars 1945 à février 1946. A cette occasion, il change d’appareil et vole sur PV-1 Ventura. Ses missions de guerre prendront fin en mai 1945 à Agadir où il restera jusqu’à son départ en février 1946 vers l’escadrille 31S.

La 31S est une escadrille de transport équipée de trimoteurs Junkers 52 basée sur le terrain d’Orly. Le fait saillant de ses 18 mois (février 1946-octobre 1947) dans cette unité est un détachement sur l’île de Madagascar en avril et mai 1947, où une révolte sanglante a éclaté. Dix Ju 52 des 31S et 32S sont envoyés en renfort. Les missions sont périlleuses et les moyens matériels limités.

L’EV1 JM Commenge quitte le service actif de la Marine en octobre 1947. Il retourne sur la Grande Ile, engagé comme pilote d’avion de transport public par Air Madagascar, volant sur DC-3 et DC-4 jusqu’en 1955. Le 1er décembre 1952, il est promu au grade de LV de réserve. Il crée alors son entreprise dans l’activité industrielle du fer et du bois à Majunga. Accédant à la présidence de l’aéroclub de Majunga, il reçoit le général de Gaulle en 1959. Il meurt à Toulouse en 1978, âgé de 60 ans.

L’auteur

Guy Thevenin est né en 1936. Il s’engage dans la Marine pour cinq ans, le 14 octobre 1953, à l’âge de 17 ans. Admis « normes USA », il part effectuer le cours de pilote de l’US Navy à Pensacola, en Floride en mars 1954. Qualifié à l’ap-pontage le 7 mars 1955, à bord de l’USS Monterey, il est désigné pour le cours de spécialisation de lutte ASM à Kingsville, au Texas, où il parvient en mai 1955. Il est breveté pilote n° 4520, le 19 octobre 1955 et est alors l’un des plus jeunes pilotes de l’Aviation embarquée mais aussi le premier pilote français à voler sur Tracker, bien avant les pilotes de la Sécurité Civile. Affecté en janvier 1956 à la flottille 6F basée à Lartigue, en Algérie, il est qualifié à l’appontage sur TBM Avenger, en janvier 1957, sur le porte-avions Arromanches.

Il quitte la Marine en fin de lien le 14 octobre 1958 et poursuit une carrière aéronautique à la direction des Essais en vol des Avions Marcel Dassault, service Exploitation des vols, où il participe à la mise au point des appareils tels que l’Etendard IV et le Super-Etendard.

Retraité en Corse depuis juillet 1991, il est l’auteur des livres ARDHAN : n° 6 Aéronautique navale – Formation des pilotes aux Etats-Unis (1950-1957), en collaboration avec J.-P. Quentric, n° 19 L’Aéronautique navale en Corse (1914-1993), n° 29 L’hydravion Nord 1402 Noroit (1949-1954) et n° 34 La base-école de Khouribga (1945-1961).