Menu Fermer

21 – L’aéronautique navale au Etats-Unis

33,00 

  • Format : A4
  • Couverture : cartonnée
  • Livre relié
  • Nombre de pages : 364
  • Nombre de photos et d’illustrations : 350
  • Langue : Français
Effacer
ISBN : 2-913344-11-9 Catégories : ,

Le livre

Cet ouvrage retrace l’histoire des relations entre la Marine nationale et l’U.S. Navy dans le domaine de l’Aéronautique navale. Ces relations ont été particulièrement fructueuses et chaleureuses. Dès 1942, peu après l’entrée en guerre des Etats-Unis, alors que la métropole était neutralisée, des marins des Forces navales françaises libres (FNFL) sont allés outre-Atlantique pour se préparer à continuer le combat avec des moyens nouveaux fournis par nos Alliés. C’est dans une ambiance de conflit que des anciens se sont reconvertis pendant que des nouveaux s’initiaient aux techniques de combat. Toutes les spécialités ont ainsi profité de cette transformation qui a trouvé son aboutissement avec la création, au sein desFNFL, de la flottille 6FE, alias VFP-1, armée de Catalina, première formation d’Aéronautique navale redevenue opérationnelle. D’autres formations suivront et participeront aux combats en Afrique du Nord et en métropole (8FE sur Catalina, 3FB et 4FB sur SB2C). Ce récit forme le titre 1 de l’ouvrage.

A la fin de la guerre, si la formation du personnel navigant cessa, l’acquisition d’aéronefs reprit dès la création de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN). C’est donc tout naturellement que, dès 1950, la Marine française, n’étant pas encore en mesure d’assurer un flux satisfaisant dans ses écoles de pilotage, se tourna à nouveau vers ses Alliés pour former ses pilotes d’Aéronautique navale. C’est ainsi que plus de six cents futurs pilotes intégrèrent les écoles du Naval Air Training Command. Le titre 2 de cet ouvrage est consacré à cette nouvelle relation entre nos deux marines, relation qui sera maintenue bien audelà de 1957, de nombreuses unités de notre Aéronautique navale étant encore équipées en aéronefs américains en attendant que notre industrie aéronautique militaire reprenne le flambeau.

L’ensemble reprend en partie un précédent ouvrage, consacré à la seule période de l’OTAN, écrit en coopération par Jean-Paul Quentric et Guy Thévenin, sous le titre de Aéronautique navale – Formation des pilotes aux Etats-Unis (1950-1957), édité par l’ARDHAN en 1997 et épuisé depuis.

 

L’auteur

L’auteur est né le 6 juin 1934. Engagé dans la Marine le 22 septembre 1952, il est breveté pilote d’Aéronautique navale à Hutchinson (Kansas) le 21 octobre 1954. Ne pouvant rengager comme pilote, il intègre la filière radariste (BE, cours de dépanneur radio-radar, BS puis instructeur à Rochefort) et quitte la Marine le 31 mars 1968 avec le grade de maître principal. Attiré par la documentation technique (il a réalisé à Rochefort les documents techniques concernant les radars DRAA-3 de l’Etendard et APQ-104 du Crusader) il évolue rapidement dans le milieu de l’ingéniérie documentaire : rédacteur, chef de service, puis assume différentes fonctions de direction (DT, DRH) jusqu’à sa retraite en 1994.

Membre de l’ARDHAN, Jean-Paul Quentric est également membre de l’association du personnel navigant formé en Amérique (APNFA) qui regroupe les anciens aviateurs et marins ayant acquis dans les années forties et fifties une qualification aéronautique aux Etats-Unis ou au Canada.

Poids 1.320 kg