Menu Fermer

Année 1928

Année 1928

Janvier 

L’escadrille 7B1 quitte Berre pour rejoindre Bizerte ; ses F.65 sont transformés en terrestres puis basés à Sidi Ahmed, qui, jusque là, était réservé à l’aérostation ; elle est renumérotée 4B3 et intègre la flottille des escadrilles de bombardement de la 4e région maritime .  Simultanément, une section terrestre de servitude (SES) voit le jour à Sidi Ahmed. L’appellation 7B1, qui vient d’être rendue disponible, est reprise par la 7B2 du groupe des escadrilles du Béarn.

L’Aspirant élève pilote Tollu se tue à l’école d’Hourtin. L’escadrille 4R1 (future 4S1) reçoit les premiers exemplaires de série du CAMS 37A (photo).

Une petite anecdote : la circulaire du 3 janvier prévoit l’emploi des peaux de ballons condamnés pour faire des vêtements imperméables destinés au personnel des sous-marins.

Février 

Les premiers Levy-Biche LB-2, qui doivent remplacer les Dewoitine D1C1 de la 7C1, sont perçus par l’escadrille à Hyères (photo).

Mars

L’entrepôt régional de l’aéronautique maritime de Rochefort-Soubise est créé ; il dépend de l’EGAM d’Orly où la section de liaison et d’entraînement (SLE) devient SES d’Orly.

Au cours d’un vol d’entraînement, le LV Pommier et le Mt Bébant se tuent à bord d’un MS 130 de la section d’instruction de Rochefort.

Avril 

L’appellation « reconnaissance » disparaît ; elle est scindée en deux nouvelles spécialisations : « l’exploration » codée E pour les escadrilles hauturières (la 3R1 de Berre devient 3E1) et  « la surveillance » codée S pour les escadrilles côtières (la 2R1 de Brest devient 2S1, la  4R1 de St Raphaël 4S1 et la 7R1 d’Hyères 7S1). Le groupe des hydravions 7R2, devant armer les croiseurs équipés de catapulte, devient 7S2, qui n’existe pour l’heure que sur le papier.

Les premiers appontages effectués par les pilotes de la 7C1 mettent en évidence de nombreux défaut de l’appareil. L’escadrille 5B2, dissoute à Cuers l’an dernier, est ré armée à Berre en tant que 3B2 ; son insigne, croissant et étoile, rappelle les exploits de la 5B2 au cours de la guerre du Rif en 1925-26. Un FBA HL2 codé DT 1 est embarqué sur le Duguay-Trouin (sur le spardeck).

L’entrepôt régional de l’aéronautique maritime de Marignane est mis en service.

Mai 

Le Béarn  est admis au service actif (photo) au sein de la 1ere escadre de la Méditerranée et entame une croisière de trois mois avec ses escadrilles au Maroc et à Brest.

L’escadrille 3B1 (photo) quitte Saint-Raphaël pour Berre où, avec la 3B2, elle forme le groupe des escadrilles de bombardement de Berre.

Juin 

Le LV Jozan,  commandant la 7C1, tente le premier appontage de nuit à bord d’un Gourdou-Lesseurre. Les commandants des trois escadrilles du groupe du Béarn décident d’adopter chacun un insigne différent de celui de l’aviation d’escadre (le goéland et la tortue) : la 7C1 adopte l’hippocampe  ailé, la 7S1 un canard posé sur un sabot (en 1933, l’escadrille reprendra l’insigne de l’ex aviation d’escadre) et la 7B1 une torpille ailée à roulettes,(photo).

La section d’entraînement du Béarn est créée à Hyères ; cette SEBa fait partie intégrante du groupe des escadrilles du Béarn, elle est le point de passage obligé de tous les pilotes affectés à l’une des escadrilles du porte-avions.

L’hydravion MB35 du Primauguet est débarqué pendant la période de travaux effectués sur le navire. Après la prise en main des nouveaux CAMS37A, la 4S1 quitte Saint-Raphaël pour Karouba, sa base d’affectation. Le dirigeable E6 quitte Cuers pour aller à Rochefort.

Le Latham A7 (prototype n° 2) est mis, par la France, à la disposition de l’explorateur Amundsen pour porter secours aux naufragés du dirigeable du général italien Nobile perdus dans la  banquise du Spitzber (photo). L’équipage (CC Guilbaud, LV de Cuverville, Mt Brazy, SM Valette) et Amundsen disparaissent corps et biens en se dirigeant vers le grand Nord.

Juillet 

L’escadrille de chasse 4C1 de Sidi-Ahmed remporte, cette année, la Coupe du ministre à Hyères. La tentative de vol transatlantique du LV Paris à bord du CAMS54R La Frégate échoue par suite de la panne d’un des moteurs ; avant cette panne, il effectue la traversée Brest-Les Açores en 14 heures 30. A l’école d’Hourtin, l’élève pilote Bazir se tue lors d’un vol d’entraînement.

Le dirigeable E3 est désarmé  à Rochefort.

Août 

L’escadrille 2S1 est la deuxième formation à recevoir des CAMS37A en remplacement des Goliath F.65. Un décret fait pour la première fois mention du terme « flottille d’aviation », regroupement de plusieurs escadrilles. L’OE2 Bougault devient commandant da la 7C1 mais il ne recevra pas de lettre de commandement vu son statut d’officier marinier ; son unité reprend les anciens Dewoitine D1C1 (photo) suite à l’échec des Levy-Biche LB2 qui ne servent plus qu’à l’entraînement.

Pour les premiers lancements du LeOH198 civil, à partir de la catapulte du paquebot Ile-de-France, la Marine accepte de détacher pour quelques mois le LV Demougeot ; ce catapultage fait gagner quelques heures au courrier sur le trajet Le Havre – New York (à l’aller comme au retour). Le LV Demougeot réalise quatre traversées (photo)  au cours de l’année ; les vols seront arrêtés en 1930.

Septembre 

La section instruction de Rochefort devient escadrille d’instruction, parfois appelée escadrille d’aviation de Rochefort ; elle reçoit des Potez 25 à la fin de l’année qui remplacent les Breguet XIV.

Le dirigeable V-6 est dégonflé à Cuers et transféré à Rochefort ; c’est le dernier dirigeable de Cuers.

Le décret de création du ministère de l’Air, destiné à intégrer dans un seul corps les forces aériennes de l’Armée de la Marine et des Colonies, est l’amorce de longues années de tentions et discussions avec le ministère de la Marine pour sauvegarder une autonomie de l’aviation maritime. Finalement, la Marine obtiendra, en gros, satisfaction avec le décret du 2 novembre 1932.

Octobre 

Le LV Marty, officier en second de la 7B1, se tue à Hyères au cours d’une séance de voltige sur Hanriot. Le porte-avions Béarn entame sa deuxième croisière avec ses escadrilles en Afrique du Nord.

Novembre 

Le croiseur Duquesne embarque un CAMS37A (LV Pescher) pour effectuer son tour d’Afrique ; l’hydravion est installé sur le berceau de la future catapulte.

Décembre

Le porte-avions Béarn entre à l’arsenal pour subir sa première refonte (modification du pont d’envol, installation de freins à friction pour les brins d’arrêt…).

 

Au cours de l’année, les Centres d’aviation maritime deviennent des Bases d’aéronautique maritime (BAM) et le Centre principal de Saint Raphaël devient Centre d’expériences de Saint Raphaël.

Formations aériennes au 31 décembre 1928

 

Escadrilles de chasse Escadrilles de bombardement Escadrilles de surveillance
3C1 Hyères PL5,Villiers 2 1B1 Cherbourg F.165 2S1 Brest CAMS37A
4C1 Sidi Ahmed D1C1 3B1 Berre F.165 4S1 Karouba CAMS37A
      3B2 Berre F.65      
7C1 Hyères D1C1,LB2 4B1 Karouba F.65 7S1 Hyères PL4
      4B2 Karouba F.65      
      4B3 Sidi Ahmed F.65      
      7B1 Hyères PL4      

 

Groupes d’escadrilles
du Béarn 7B1 7C1 7S1 SEBa de bombardement de Berre 3B1 3B2
    de bombardement de Bizerte 4B1 4B2 4B3

 

Escadrilles d’exploration Escadrilles écoles Autres
3E1 Berre Latham HB3 Instruct. Rochefort P25,F.65, FBA, MS130 Esc. CEPA St Raph. divers
      EPH Hourtin LeOH136,FBA, C.37 Sect Aviat. Cuers FBA17
      EPV Louley BrXIV GHE 7S2         (sur papier)
      Chasse St Raph.  GL22,MS130, D1C1,Villiers Duguay-Trouin FBA HL2
      Dét.Mar.  Istres  C59,HD41, HD17  Jules Michelet  MB35
            Lamotte-Picquet  FBA HL2
            Duquesne CAMS 37

 

Sections d’entraînement et servitude   Dirigeables
SE Berre FBA17, LeOH136, F65, Spad34   Bizerte V-8
SE Brest FBA17, LeOH136, F.,  Cams 37   Rochefort E-5, E-6, V-3, V-5, V-6, V-7
SE Cherbourg FBA17, F.65      
SE Hourtin F.65, HD17      
SE Hyères PL4, BrXIV, MS130, LeO19-3, LeOH136, FBA17      
SE Karouba FBA17, F.65      
SE Sidi Ahmed BrXIV, MS130      
SES Orly MS130, BrXIV, GL22, FBA,C59      
SEBa Hyères FBA17, GL22, HD2, Spad42      

 

 

Potez 25 équipant l’escadrille d’instruction de Rochefort à la fin de l’année 1928