L'Aviation maritime pendant la Grande Guerre

En 1914, l'Aéronautique maritime est encore embryonnaire. La Grande Guerre conduit la Marine à créer une aviation (hydravions et avions) et une aérostation (ballons dirigeables et captifs). Le présent livre ne concerne que l'Aviation maritime.

En quatre ans de guerre le nombre d'aéronefs mis en ligne par la Marine passe d'une dizaine à près de mille trois cents. Le nombre d'équipages suit une progression comparables. L'Aviation maritime opère le long des côtes de métropole, mais aussi sur le pourtour de la Méditerranée, à Venise, Corfou, Port-Saïd, en Afrique du Nord, au Portugal, au Maroc et jusqu'au Sénégal. De modestes bâtiments de surface servent également de bases à des hydravions embarqués. Sur tous les fronts, la coopération avec l'Aéronautique militaire fait preuve d'imagination et d'efficacité.

Les missions imparties à ces pionniers traduisent les préoccupations du moment, à savoir principalement la menace sous-marine, elle-même inconnue jusqu'alors. Le bilan de ces missions est dérisoire en termes de sous-marins coulés, faute d'armement, mais la pression et la veille exercées sur les U-Boote ont très certainement contibué à la sûreté des approches maritimes, permettant ainsi la marche vers la victoire. Nos marins ont également affronté les pilotes allemands dans des combats aériens dont ils sont souvent sortis vainqueurs.

Le livre comprend quatre ensembles : l'organisation de l'Aviation maritime, les opérations, le matériel, le personnel. La très riche iconographie originale a été presque entièrement recueillie auprès des acteurs de cette épopée et de leur familles.

Cet ouvrage a necessité plusieurs années de patientes recherches. Il est le premier à proposer une étude aussi exhaustive sur le sujet.

30 pour les membres au lieu de 45 prix public et 8 de frais de port

 

Pour commander
[Sommaire uvragoes]