ANNEE 1918

 

Janvier : le bombardement aérien du CAM de Dunkerque atteint le hangar 4 et détruit 7 hydravions HD2. Le SM Vacher de l’escadrille de chasse de Saint Pol réussit à toucher un bimoteur ennemi.

   Les 22 centres en activité mettent en ligne 521 appareils (hydravions d’école inclus). Les premiers exemplaires de l’hydravion Tellier 200 ch HS,(photo) équipés d’un canon de 47 mm dans la partie avant de la coque, commencent à être livrés. La CEPA étudie le montage d’un canon de 75 sur les dirigeables et hydravions Tellier.

  Le centre de ballons captifs de Lorient ,(photo) et l’école de ballons captifs de l’armée navale de Corfou (à bord du cuirassé Mirabeau) sont créés. Les dirigeables  CM-2, à Saint-Cyr, et AT-9, à Issy-les-Moulineaux, effectuent leur premier vol ; l’AT-5 de Montebourg est perdu en mer.

 

Février :  l’EV1 Pélichet de l’escadrille de chasse de Dunkerque (hydravions) se tue lors de son premier vol sur HD2. L’activité du CAM de Cette, qui vient d’ouvrir, est rapidement réduite et la mise en route de CAM d’Antibes permet la dissolution du PC de Saint-Raphaël, où une école de radiotélégraphie pour les hydravions de haute mer  est créée. Le PC de l’Ile Tudy passe à l’US Navy.

  Les Nieuport XVII de l’escadrille de chasse terrestre de Dunkerque, sont retirés du service,(photo). Le dirigeable ZD-3 effectue son premier vol à St Cyr. Le poste de ballons-vigies de la Coubre (Royan) est mis en place. Le Zodiac Champagne est désarmé à Corfou. L’EV1 Fleury est tué aux commandes  de la VA-3 qui heurte la falaise de la Hèvre  au Havre ; l’explosion tue trois autres hommes de l’équipage.

Mars :  le Mt Guégan de l’escadrille de chasse de Dunkerque percute le sol à bord d’un HD2 ; il est tué sur le coup. Les PC de Lampedusa (Italie), de La Penzé et de Socoa (Bayonne) deviennent actifs ; la mise en service de celui de Fécamp est retardé par les déboires des nouveaux triplans Levy-Besson 200 ch,(photo)  . Les DD 160 ch Canton-Unné, versés à l’escadrille de pilotage de Saint-Raphaël l’an passé, sont réformés.

   Le Campinas et son escadrille embarquée (quatre FBA 110 ch Clerget à ailes pliantes) effectuent des recherches de mines au large de Milo (Mer Egée). ,(photo)

   Les dirigeables AT-1 et VZ-3 sont cédés à l’US Navy de Paimboeuf. Le ZD-4 effectue son premier vol  à

 St Cyr . Les Centres de ballons captifs de l’Ile de Ré et du Frioul (Marseille) sont mis en service .

 

Avril :  une victoire aérienne probable est attribuée au QM Malvoisin et au Lt Delasalle de l’escadrille de St Pol. Le LV Le Voyer, chef du CAM de Tréguier, est tué dans un accident d’hydravion. La mise au point laborieuse du triplan Levy-Besson 200 ch HS est la cause de plusieurs accidents mortels (dont un en avril). L’hydravion Halbronn HT1, étudié spécialement pour le lancement d’une torpille automobile, effectue son premier vol ; ses trois prototypes resteront en service à la CEPA jusqu’en 1922. Le PC de Calvi, qui vient d’être créé pour accueillir les futurs avions postaux, et le CAM d’Ajaccio ont le même commandant. L’activité du CAM d’Arzew débute ; il prend sous sa coupe le CAM d’Oran devenu PC.

  Le LV du Plessis de Grenédan  est nommé commandant provisoire du nouveau  centre de dirigeables de Cuers (officiellement créé en août). Le centre de ballons captifs de Bizerte est créé. Des premiers vol de dirigeables sont effectués, à St Cyr pour les ZD-5 et CM-3 et à Issy-les-Moulineaux pour les AT-10 et 11.

 

Mai :  au CAM de Dunkerque, les Mt Salaün et Le Creurer sont tués en combat aérien, l’EV1 Arné se tue accidentellement et le SM Malvoisin, abattu, est fait prisonnier.

  Le centre de Brest-Camaret devient un des centres les plus importants de la côte Atlantique. Les PC de Nice, Djidjelli et Béni-Saf sont ouverts ; le CAM de Dakar est prêt à fonctionner (opérationnel en juillet).

  Le poste de ballons-vigies de La Coubre (Royan) est dissous. Le dirigeable CM-4 effectue son premier vol à Issy-les-Moulineaux et le VA-2 est désarmé à Boulogne.

Juin :  à Lorient, l’hydravion Georges Levy 280 ch, ,(photo)  de loin le meilleur appareil de patrouille de tous les types utilisés pendant cette période, est mis en service (fin 1918, 150 exemplaires seront pris en compte ).

   Les Patrouilles de Provence-Corse deviennent Patrouilles de Méditerranée septentrionale. Le CAM de Tréguier prend le statut de PC.

   Le dirigeable VZ-8 effectue son premier vol à St Cyr ; le VA-5 est désarmé au Havre ; l’AT-3 accidenté est condamné à Bizerte, et le VZ-7 cédé à l’US Navy de Paimboeuf. Le Clement-Bayard Montgolfier effectue son dernier vol à St Cyr.

 

Juillet :  un DD du CAM de Dunkerque disparaît en mer avec le QM Paranthön et le Mot Le Tynevez. Douze exemplaires de SPAD XIII sont transférés par l’aéronautique militaire et mis en service à Dunkerque. Un FBA 150 ch du centre de Toulon est obligé d’amerrir suite à une panne de moteur ; son équipage, l’EV Langlet et le SM Dien, échoue sur la côte corse après avoir dérivé pendant 11 jours.

  Le premier prototype du FBA 250ch HS type Alerte est détruit au cours d’un vol d’essai sur la Seine, le SM Amiot et le Mt Eiche sont tués. Il y a 900 machines en service dans l’Aéronautique maritime.

 Les CAM d’Ajaccio et de Bastia peuvent enfin être mis en service et ceux de Navarin (Grèce) et de Milo (Mer Egée)  deviennent actifs.

  Le dirigeable AT-2 est accidenté à Oran et le VA-4 condamné au Havre après accident. Le centre de ballons captifs de Port-Vendres est créé. Le centre d’aérostation de St Cyr devient centre d’essais de dirigeables de la Marine et son école des dirigeables est transférée à Rochefort, au Centre Ecole d’Aviation Maritime.

 

Août :  le centre de St Raphaël ouvre une école de chefs de section aérienne accessible aux meilleurs officiers mariniers pilotes et observateurs . Les Patrouilles aériennes d’Algérie-Tunisie, d’Algérie-centrale et d’Algérie-occidentale deviennent respectivement Patrouilles aériennes de Tunisie, d’Algérie et d’Oranie. Le PC de Djidjelli est transformé en CAM. Le CAM de Baie Ponty (Bizerte) est transféré à Carouba. Le CAM de Tréguier est cédé à l’US Navy de Paimboeuf  (les Français vont s’installer au PC de La Penzé).

  Le dirigeable AT-13, qui a effectué son premier vol à Issy-les-Moulineaux, est cédé à l’US Navy de Paimboeuf. Le centre des ballons captifs de Milo (Mer Egée) est mis en service.

 

Septembre :  la Marine met en place une liaison postale entre le PC de Nice et Ajaccio avec des bimoteurs Borel-Odier ,(photo); elle sera arrêtée en novembre après la destruction accidentelle de deux appareils et la disparition de l’un d’eux avec son équipage.

  La Bulgarie conduit un armistice séparé avec les Alliés ; un détachement français (EV2 Sala) prend possession des installations bulgares à Varna et vole sur du matériel d’origine allemande ,(photo) en attendant les avions français … qui n’arriveront jamais à Varna.

  Le centre des ballons-vigies d’Ouessant est fermé. Le dirigeable CM Tunisie (ex Fleurus) et le Zodiac d’Arlandes sont désarmés, le premier à Bizerte, le second à Corfou.

 

Octobre :  plusieurs pilotes de l’US Navy volent en renfort sur les SPAD de la Marine à St Pol. Saint-Raphaël voit la création de l’Aviation d’Escadre destinée à manœuvrer et combattre en étroite coopération avec une escadre navale et, si possible, naviguer avec elle à bord de bâtiments spécialement aménagés. Des essais de décollages courts sont effectués sur la plateforme maccadamisée circulaire du terrain de Saint-Raphaël. En rade de Toulon, le LV Guierre décolle son Hanriot,(photo)  à partir d’une plateforme de 20 mètres installée sur la tourelle avant n° 2 du cuirassé Paris ; le jour même, le navire appareille pour Corfou. La plateforme de Saint-Raphaël est gréée d’un système de freinage comportant des sacs de lest tendant des câbles et les avions sont munis d’un crochet qui, abaissé à l’initiative du pilote, viendra s’accrocher sur l’un des câbles. La plateforme est baptisée « raquette » puis « bouchon de champagne ».

   Le PC de Cazaux est fermé, celui d’Ostende est ouvert destiné au repérage des champs de mines.

   Le capitaine Ducasse et tout son équipage disparaissent en Méditerranée avec l’AT-8 du centre de Bizerte. Le Zodiac VZ-1 est désarmé à Boulogne, l’AT-11 est détruit à Aubagne et le VZ-13 est cédé à l’US Navy .

 

Novembre :  à Corfou , le LV Teste effectue à son tour une tentative de décollage à partir de la plateforme du cuirassé Paris ; le vent relatif est trop faible, il décroche et s’abat sur le pont du navire.

  A  la signature de l’armistice, la situation de l’Aéronautique maritime est la suivante :

-  36 centres d’aviation mettant en œuvre 1260 appareils

-  20 centres de ballons captifs et 50 bâtiments porte-ballons mettant en œuvre 200 aérostats

-  12 centres de dirigeables totalisant 37 appareils souples

-  le personnel volant comprend   630 pilotes, 693 observateurs d’avions et d’hydravions

                                                       104 pilotes de dirigeables, 239 observateurs de ballons.

-  le personnel non volant se répartit comme suit :

6800 hommes dans les centres d’aviation maritime                                                                   1700 hommes dans les centres de ballons captifs

2700 hommes dans les centres de dirigeables.


 L’armistice entraîne la dissolution immédiate de plusieurs CAM, PC et CBC. Le Campinas débarque ses appareils à Corfou ; il aura été le seul « porte-avions » dont l’activité fut constante durant deux années avec des résultats notables (le concept de base mobile pour hydravions sera adopté par le Commandant Teste en 1929).

 

Décembre :  les Patrouilles aériennes sont dissoutes et, à l’échelon central, le chef du Service militaire de l’aéronautique maritime et des Patrouilles aériennes devient chef  du Service de l’aéronautique maritime ; la DGGSM est supprimée. La dissolution des CAM, des PC (la totalité) et des CBC se poursuit.

 

 

 

 

 

***


FORMATIONS AERIENNES AU 31 DECEMBRE 1918

 

 

 

ESCADRILLES

CAM métropolitains

 

 

 

 

 

Prototypes

St Raphaël

divers

Ajaccio

DD, Tellier

Ecole de pilotage

St Raphaël

FBA, DD, Tellier

Antibes

DD, FBA, Tellier

 

Hourtin

FBA

Bastia

DD, Tellier

Aviation d’escadre

St Raphaël

HD2, N17, Sopwith 1A2

Calais

DD, HD2, FBA

 

 

 

Camaret-Brest

(réserve temporaire)

Dét. français

Varna

(appareils allemands)

Cette

DD, Tellier

 

 

 

Cherbourg

Tellier, GL 280 ch

CAM en Afrique

Guernesey

Tellier, GL 280ch

 

 

 

La Pallice

DD, GL 280 ch

                              Alger

(réserve générale)

 

La Penzé

Tellier,GL280,LB200

                              Arzew

DD, Tellier

 

Le Havre

FBA, GL 280 ch

                              Carouba

DD, Tellier

 

Lorient

DD, Tellier, GL 280

                              Casablanca

DD

 

Perpignan

DD, LB 200 ch

                              Dakar

DD

 

Toulon (Croix- St

FBA, DD, Tellier

                              Djidjelli

DD,Tellier

 

Georges)

 

                              Sousse

DD, Tellier

 

 

 

 

 

 

CAM à l’étranger

 

 

 

 

 

 

 

 

Corfou

Tellier,DD,FBA,Sopwith

 

 

 

Marsala

Tellier,DD,FBA,GL280 ch

 

 

 

Milo

FBA

 

 

 

Platéali

DD,FBA,Tellier

 

 

 

Salonique

FBA









 

CENTRES DE DIRIGEABLES

PORTS D’ATTACHE DE DIRIGEABLES

 

 

 

 

Aubagne

AT-9

Alger-Baraki

AT-2

Boulogne

VZ-2, 6, 8

Brest-Guipavas

CM-2 et 4

Cuers

-

Le Havre

VZ-9

Montebourg

VZ-12,  ZD-3 et 4

Rochefort

AT-4,10, 14    VZ-4 et 5

 

 

Sidi Ahmed

ZD-1, AT-6 et 12

 

 

 

 

ECOLES ET ESSAIS AEROSTATION

CENTRES DE BALLONS CAPTIFS

 

 

 

 

Ecole d’aérostation maritime

Rochefort

Cette

Bizerte

Ecole annexe observateurs BC

Brest

Cherbourg

Corfou

Ecole des BC de l’armée navale

Corfou

Le Frioul

Moudros

 

 

Le Havre

Oran

Essais des dirigeables de la Marine

St Cyr

Lorient

Patras

 

 

St Nazaire

 

 

 

Salins d’Hyères

 

 

 

Toulon

 






 

 

 

CM4 de 5600 m3 vu à Guipavas en 1918

 

***

Année 1928

Sommaire Ardhan